Ayu Wa

fated

Paroles : ayumi hamasaki
Musique : Shintaro Hagiwara & Akihisa Matsuura
Arrangement : CMJK


Romanji

Français

Unmei wo kimi wa shinjitéru
Sorémadé no nanimo kamo subété
Kaétéitté shimau yôna
Isshun no déai

Mé ga atta shunkan ni kizuku
Furéatté kakushin ni kawaru
Dakédo soko dé hito wa ichido
Ashi ga sukumu

Hoo wo utsu kaze ga riarusa wo tsutaétéru
Koré wa maboroshi nanka janai’n da’tté sotto sasayaku

Todokanai koé da to omottéta
Kanawanai yumé da to omottéta
Ima boku no mé no maé ni iru no wa
Néé hoka no daré démo naku kimi

Kono michi wa doko hé tsunagatté
Donna fû ni tsuzuité iru no ka
Sôzô shita’tté kentô nanté
Tsuku waké mo naku

Tsuyoku aritai to omô hodo ni kokoro wa
Hanpirei suru yôni yowaku natté iku ki ga shité

Naki nagara kimi no na wo sakenda
Yumé nara saménaidé to négatta
ah- boku no mé no maé ni ita no wa
Néé hoka no daré démo naku kimi

Hoo wo utsu kaze ga riarusa wo tsutaétéru
Koré wa maboroshi nanka janai’n da’tté sotto sasayaku

Aishitéru to iwaréta kazu daké
Aisaréru boku dé iraréta nara
Aishitéru to itta kazu daké
Aishitéita nara

Todokanai koé da to akiraméta
Kanawanai yumé da to akiraméta
Néé boku no mé no maé ni ita no wa
Hontô no kimi datta noni

Romajisation : Sphax
Crois-tu au destin ?
Une rencontre d’un instant, qui change tout ce qu’il y avait auparavant

Nous remarquons au moment où nos yeux se rencontrent,
Que nous sommes comme connectés, et que nos convictions changent
Mais là, nous sommes comme paralysés

Le vent qui souffle sur mes joues me fait connaître la réalité,
Me chuchotant doucement que ce n’est absolument pas une illusion

Je pensais que ma voix ne te parvenait pas
Je pensais que ce rêve ne se réaliserait pas
Tu vois, celui qui se trouve devant mes yeux à présent,
Est n’importe qui sauf toi…

Vers où ce chemin se poursuit-il, et que rejoint-il ?
J’ai beau l’imaginer, je n’en sais absolument rien.

Plus je souhaite être forte,
Plus j’ai l’impression à l’inverse que mon cœur s’affaiblit

J’ai crié ton nom en pleurs
Si c’était un rêve, j’ai souhaité ne pas m’en réveiller
ah- Tu vois, celui qui se trouvait devant mes yeux,
Etait n’importe qui sauf toi…

Le vent qui souffle sur mes joues me fait connaître la réalité,
Me chuchotant doucement que ce n’est absolument pas une illusion

Si j’avais pu mériter d’être aimée,
Autant de fois que tu m’as dit que tu m’aimais
Si je t’avais aimé,
Autant de fois que je t’ai dit que je t’aimais…

J’ai renoncé car ma voix te ne parvenait pas
J’ai renoncé car ce rêve ne réaliserait pas
Tu vois, celui qui se trouvait devant mes yeux,
Etait vraiment toi.

Traduction : Sphax
 
 visiteurs depuis le 22/08/2005, 10 connectés
Ayu Wa © 2005~2020 par l'AW Team